Nébuleuses

Rassembler les alternatives, réflexions et luttes autour du travail social et de la santé

Les nébuleuses sont des objets célestes composés de gaz et de poussières éparses. Elles sont à l’origine de la formation des étoiles...
Accueil > Folie(s)- (anti)psy > Quelles alternatives à la psychiatrie aujourd’hui ?

Quelles alternatives à la psychiatrie aujourd’hui ?

jeudi 18 février 2016

Le site de l’intempestive c’est par mais sinon la suite est dessous :

partie 1, interventions croisées de ceux de Monoblet et de ceux du Bersac sur l’histoire et l’organisation de leurs lieux :
on parle de la ferme de vie du Bersac, dépendante de l’Association départementale pour la sauvegarde de l’enfant à l’adulte (Adsea), et de son expulsion en août 2010 ; on parle de sa création pour éviter les problèmes générés par la vie en institution ; on parle de Deligny, écrivain, poète, homme de cinéma, éducateur ; on parle des débuts de l’expérience de Monoblet en 1967, avec l’arrivée de Janmari, gamin autiste mutique ; on parle de la lobotomie à laquelle il échappe ; on parle de la volonté des uns et des autres de ne pas être là où ils auraient dû être ; on parle de l’élargissement du mot « autiste » à mesure des années ; on parle des circonstances inadéquates des hôpitaux psychiatriques ; on parle de la vie avec et autour de Deligny et de Janmari ; on parle des précédentes tentatives de Deligny et de ses esquives face aux vélléités d’institutionnalisation ; on parle des conditions de vie au Bersac et à Monoblet ; on parle de l’origine rurale des résidents du Bersac ; on parle de la répartition des tâches qui se faisait dans la ferme, décidée par les résidents ; on parle de la grande liberté dans l’organisation des journées, et de la possibilité de changer le programme de manière impromptue ; on parle du déclic nécessaire pour que les résidents prennent conscience de leur capacité à être autonome ; on parle des circonstances inventées à Monoblet pour une vie commune entre ceux qui parlent et ceux qui ne parlent pas ; on parle de la volonté de trouver un mode de vie apaisant pour les personnes autistes, de la recherche non pas de les « semblabibliser », mais de ce que leur différence demande ; on parle de la précarité des conditions de vie, et de ce que la vie dehors permettait d’inventer ; on parle de ce que « nous autres parlant » avons à remettre en question de notre manière de voir et de dire ; on parle de respecter la spécificité des autistes ; on parle du « tout est langage » qui exclut ceux qui ne l’ont pas, le langage ; on parle d’une ferme dans le Lubéron, qui bataille pour ne pas clôturer le lieu ; on parle d’autres approches de l’autisme, qui ne sont pas respectueuses des personnes et prétendent imposer des méthodes ; on parle du choix de vie qu’implique l’accompagnement des autistes ; on parle de préserver la tranquillité des lieux

Partie 2, l’actualité des lieux, la confrontation à l’idéologie gestionnaire et les résistances, avec des interventions du public : on parle de la nouvelle loi sécuritaire sur la psychiatrie et des difficultés rencontrées lorsqu’on anime un lieu de vie alternatif ; on parle de l’idéologie commerciale qui préside à la gestion de certaines grosses structures aujourd’hui ; on parle des syndicats co-gestionnaires ; on parle des investissements et de la recherche de rentabilité qui s’impose comme politique globale ; on parle de la caisse commune entre parents à Monoblet, les plus riches payant pour les plus pauvres, et les ressources n’étant pas un critère pour pouvoir y habiter ; on parle du statut de structure d’accueil non traditionnelle et expérimentale du lieu de Monoblet ; on parle de la renommée de Deligny qui a longtemps protégé le lieu ; on parle des peines d’amende et de prison encourrues en cas de non-régularisation du lieu ; on parle de la proposition de Simone Veil à Deligny de créer un statut spécifique pour le lieu ; on parle de l’inquiétude sur l’avenir du lieu de Monoblet ; on parle de la possible mutualisation avec un lieu de vie intitulé « Tentative » à St Hippolyte-du-Fort, pour ne pas être fermé par les services sociaux ; on parle du discours tenu par l’Adsea 05 sur « l’infantilisation » des résidents de la ferme du Bersac, sur leur culture venue de la grande distribution et leur conception de la « responsabilisation » par la vie en HLM, une cuisine centrale et l’externalisation des services ; on parle des Agences régionales de santé (Ars) qui fonctionnent par appels d’offre ; on parle de la nécessité de défendre des petits lieux où « vivre avec » est possible ; on parle de la volonté de création d’un lieu de vie par de jeunes éducateurs et des difficultés qu’ils rencontrent ; on parle de la Fédération nationale des lieux de vie, du Groupe d’Echange et de Recherche pour la Pratique en Lieu d’Accueil (Gerpla), et de la nécessité de s’allier ; on parle des possibilités offertes par les familles d’accueil, qui permettent d’établir des conventions de lieu à famille ; on parle de l’autogestion, en lien direct entre familles et éducateurs ; on parle des séjours de rupture, permettant de sortir de l’institution ; on parle de la nécessité ou non d’avoir une formation officielle ; on parle de l’importance de faire autre chose que l’accueil et de pratiquer une activité spécifique sur le lieu

_


Voir en ligne : http://www.intempestive.net/Quelles...

Il y a deux manières de participer à la publication sur Nebuleuses.info, soit en proposant un article soit en proposant des compléments d’infos liés à un article.

Les compléments d’infos sont relus par le collectif du site avant publication en ligne. Le but de cette modération n’est pas de censurer les discussion mais de s’assurer qu’elles participent d’un complément d’information ou d’un débat sur le sujet en question.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.