Nébuleuses

Rassembler les alternatives, réflexions et luttes autour du travail social et de la santé

Les nébuleuses sont des objets célestes composés de gaz et de poussières éparses. Elles sont à l’origine de la formation des étoiles...
Accueil > Mots-clés > Genre > lieux de vie

lieux de vie

"La Devinière est un centre de psychothérapie institutionnelle fondé par Michel Hocq qui a ouvert ses portes en 1976 à Farciennes, en accueillant 19 enfants réputés schizophrènes et incurables. 30 ans plus tard, ces enfants devenus adultes vivent toujours à la Devinière, un lieu familier où ils se sentent chez eux. Un des derniers centres sans grilles, ni chimies, né du mouvement de l’anti-psychiatrie qui soignent les maladies mentales des enfants et des adultes par des traitements thérapeutiques fondés sur la réhabilitation et l’émancipation des personnes."

(Lire l'article)

L’intempestive propose une émission autour de l’enregsitrement d’une rencontre autour de la thématique "Fernand Deligny comme hypothèse", le 8 avril 2011 à l’Équitable Café à Marseille.
C’est une rencontre avec Gisèle Durand & Jacques Lin de Monoblet, et Magali Roche, Michèle Quettier et Rémy Roux, qui ont participé à la lutte contre la fermeture de la Ferme du Bersac."

(Lire l'article)

Sons en Lutte relaye un reportage de "Au fond près du radiateur" lors d’une manifestation de travailleurs immigrés.
"Vendredi 6 Novembre 2015, plus de 500 résidents venus de toute la région parisienne ont manifesté jusqu’au ministère du logement pour réclamer leurs droits et s’opposer à la casse des foyers, que les gestionnaires voudraient transformer en "résidences sociales".

(Lire l'article)

Une approche différente des EHPADs en France est l’expérience de Carpe Diem, au Québec ; ce sont une quinzaine de personnes touchées par la maladie d’alzheimer qui vivent ensemble dans cet organisme communautaire autonome. Cette autonomie permet à Carpe Diem de définir librement ses orientations, ses politiques et ses approches. Les résidents et les soignant.e.s se connaissent, développent un lien de confiance en partageant des activités du quotidien ensemble, contrairement de l’infantilisation que l’on observe dans les institutions en général.

(Lire l'article)

En septembre 2013, quelques personnes de "Nebuleuses" sont parties à la rencontre de la maison Goudouli située à Toulouse.
Née d’une alliance entre militant.e.s et professionnel.les du travail social, la maison Goudouli a été créée par une occupation pour accueillir des personnes à la rue en grande souffrance psychique..
Dans ce reportage le président de l’association, une travailleuse sociale et les résidents de la maison Goudouli nous racontre l’histoire du lieu, son fonctionnement et leur vécu..

(Lire l'article)

Article 11 nous propose sa vision du Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP) Antonin Artaud de Reims. Dans cet espace hors- norme, lieu de vie plus que centre soin, se dégagent des possibles et des situations nouvelles. Loin d’une critique hors-sol de la psychiatrie ou des médocs, les patient-e-s et les soignant-e-s du centre Antonin Artaud tentent avec pragmatisme de trouver leur voie/voix. Dans cette Article on touche le quotidien du centre, ce qui s’y passe, ce qui s’y joue mais on croise aussi et surtout celles et ceux qui y vivent.

(Lire l'article)

A lire dans Alternative Libertaire
"La loi du 2 janvier 2002 « rénovant l’action sociale et médico-sociale » a entériné la reconnaissance de centaines de petites structures d’accueil pour les personnes en difficulté. Nunu est permanent du lieu d’accueil du Roucous (Aveyron) et secrétaire national du Groupe d’échange et de recherche pour la pratique en lieu d’accueil (Gerpla) . Il revient sur l’origine de ces lieux et les évolutions auxquelles ils sont confrontés dans le cadre de leur « légalisation »."

(Lire l'article)

A lire dans la revue Timult. Avril 2011.

" Nous qui écrivons, nous sommes rencontrées pendant l’occupation d’une maison, la ferme de vie du Bersac, dans les Hautes-Alpes, qui dura neuf jours, du 29 juillet au 6 août 2010. Cette lutte tentait d’empêcher la fermeture de ce lieu, une maison qui accueillait six adultes porteureuses de handicaps mentaux, annexe d’un foyer occupationnel, lui-même partie d’une grosse association gestionnaire, l’ADSEA-05"

(Lire l'article)